Sondage : êtes-vous atteint de paréidolie ?

Mais kesako la paréi-truc-machin-chose ?

Une paréidolie (aussi écrit pareidolie, du grec ancien para-, « à côté de », et eidôlon, diminutif d’eidos, « apparence, forme ») est une sorte d’illusion d’optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale. C’est cette étonnante capacité du cerveau humain à « donner du sens » là où il n’y en a pas réellement.
Plus généralement, la pariedolie permet d’identifier toute perception comme construction. Les exemples dans la vie courante sont nombreuses à l’instar des formes familières dans les nuages et dans diverses taches et objets.

Pour ma part, je l’avoue et très très souvent : dans les rainures de mon carrelage, dans les gouttes qui glissent le long de ma douche ou sur une fenêtre, dans les nuages, les cailloux, le sable… d’autres diront tout simplement dans ma tête !
Est-ce parce que je suis auteur ? Je ne crois pas. On m’a toujours dit que j’étais un rêveur, depuis tout petit, le genre de contemplatif vous voyez mais je pense que nous sommes nombreux, n’est-ce pas ? ^^

Allez dites-le moi dans ce petit sondage de derrière les fagots.

 

Ecriture, le paradoxe noir sur blanc

 

Suis-je toi ? Suis-je vous ?
Qui êtes-vous lorsque vous lisez un livre ? Aimez-vous vous mettre à la place de l’auteur ou du personnage principal ?
L’écriture a cela de paradoxal : une activité solitaire qui demande un lien souvent invisible avec le reste du monde dans le but – je l’imagine pour beaucoup – d’être le plus lu, d’être vu par un maximum de personnes.
Du coup, lorsque j’écris, lorsque je pense à mettre en place une intrigue, une histoire, à créer des personnages, il y a obligatoirement un peu de vous, de ceux que je croise, de ceux avec qui je discute.
Vous tous créez une sorte d’unité. Un tout composé d’unités, diverses et variées.
Dans chaque livre, il y a une part de moi-même, une part de vous aussi. Nous sommes là, encore, toujours, inscrits dans le temps, noir sur blanc.

Outre monde : le monde englouti

©Jean-Baptiste Fenaux

©Jean-Baptiste Fenaux

Vous savez peut-être comme je suis assez fan escaliers, notamment des prises de vue de ces constructions humaines peu orthodoxes.

Celle de Jean-Baptiste Fenaux m’attire, comme l’œil d’un cyclone.
Imaginez ce qui peut exister en-dessous, sous nos pieds, au creux de cette terre que nous foulons.

Imaginez les cris, les angoisses, les espoirs et les rêves qui s’en échappent peut-être.
Un début, une fin, le tout dans un seul mouvement.
Inexorablement.

Ça valait bien bien un petit clin d’œil dans l’Outre Monde, non ?

Expérience : honnêteté radicale (round 3)

Retour de l’expérience Honnêteté radicale pour un 3e round.
C’est reparti pour une semaine de totale vérité, sans fards. Le truc, c’est de répondre le plus objectivement possible, une vérité clinique, transparente, qui parfois peut blesser et parfois peut réjouir.
Vais-je avoir des questions de votre part ?
Comment réagir ? Doit-on nécessairement mentir, omettre, déjouer, biaiser quand nous parlons avec l’autre ?

On va voir encore une fois si je me mets en danger ou pas.
Juste comme ça.

 

Poésie : High coups

« C’est bien le TGV que j’aime
Le thé gingembre vanille. »

Une rose sur un cœur
Un pic à glace
Et moi, et moi, et moi…

Une bombe dans mon cerveau
Et schsss… Je suis éveillé.

Ton œil dans ma bouche
Et lacrymale est la Poésie.

Un lys sur mon front,
Qui roule à 120 km/h. !
Je t’ai aperçu… en vain.

Miroir cassé
Ame éméchée.
(Pauvre de toi)

Valet de trèfle et mon imagination
Est en pagaille.

Feu follet dans le brouillard ;
J’ai vu la rencontre d’un lampadaire
Et d’un nuage.

Un bouleau ; une blanche sauterelle,
Un écrivain a dormi par ici.

Le chat bondit sur le toit.
Il a les pattes noires et gonflées.

Trèfle à cinq feuilles
L’écolier joue un dangereux poker,
Le Fou du roi a triché..

Un Soleil sur Grenade,
Le soldat est maure
Sans armure.

Nuage de rhum ;
Un légionnaire a aboyé
La nuit dernière.

Tour d’ivoire
Dans un homme de neige.
(Les carottes sont cuites).

Tous les chemins mènent à un livre

Quel est le livre qui vous a le plus marqué ?
Existe-t-il un livre qui a forgé ce que vous êtes ou ce que vous faites aujourd’hui ?

Y a-t-il un de mes livres qui vous a marqué ? Pourquoi ?
En tout cas, si vous désirez en acquérir un, pourquoi ne pas demander un petit autographe auprès de l’éditeur, il me passera le mot….

Citizenfour

citizenfour

J’ai eu la chance de voir ce documentaire sur ce qui allait devenir des révélations chocs : l’ancien employé de la NSA (National Security Agency) et de la CIA (Central Intelligence Agency), Edward Snowden, a soulevé un tsunami politique en révélant des documents secret-défense de la NSA comme quoi le peuple américain mais aussi le monde entier a fortiori pouvait faire l’objet d’écoutes. Notamment avec la révélation de PRISM.
Une véritable violation de notre vie privée.
Je dis que j’ai eu la chance car le film, le documentaire produit par Steven Soderbergh mais aussi par Laura Poitras (qui clôt ici sa trilogie sur l’Amérique post-11 septembre), est sorti dans très peu de salles.

Un documentaire en temps réel que je conseille vivement.

A l’heure des réseaux sociaux, où tout se partage, où l’information et la désinformation se véhiculent très rapidement, la question de notre liberté d’expression et de notre libre-arbitre se pose. Désormais, chacun d’entre nous modère plus ou moins ses propos sur Internet, il y a une sorte de police non-dite, on se retient. Là où Internet souhaitait un réel échange entre les gens (c’était le vœu original de Mark Zuckerberg, rappelons-le), aujourd’hui, qu’en est-il des rapports humains ? Quelle confiance apporter à ce que l’on lit, à ce qu’on voit, à ce que l’on entend sur le Web ?

Juste pour tenter de comprendre. Juste pour prendre conscience de la portée du message. Juste pour se demander dans quel monde on vit et quelle est notre place.
Sans tomber dans la parano ou subir les fumeuses théories du complot, une interrogation point : sommes-nous toujours libres ?

Ah j’oubliais le trailer :