Outre Monde : le bon moment

© Alexi Hobbs

© Alexi Hobbs

Outre Monde, le bon moment.

Tout est question de timing : être au bon endroit au bon moment.
Anticiper, devancer, deviner puis oser et se lancer.

Un jour j’ai vu
L’homme qui devançait le monde
Rapide énigmatique sensuel
Un porteur de lumière que l’on aurait pu croire déchu
Un jour j’étais là
L’œil immense attentif
Rapide énigmatique sensuel
Assis sur le bord d’une route à manger du chocolat.

Les moments muets

Il y a des moments muets, des moments où il faut savoir observer, admirer, s’inspirer.
Apprendre à respirer. Etre au monde, simplement.
Il y a des moments où les mots ne suffisent pas, des moments où les doigts refusent de taper sur le clavier.
Il y a des silences assourdissants quand d’autres parlent pour ne rien dire, ou si, pour remplir un vide.

Parfois, j’ai l’impression que l’on a oublié ce que c’est que : regarder, sentir, entendre, goûter mais aussi vivre, rêver, ne rien faire, s’ennuyer.

 

Intervention : retour de la MFR de Noyant (2015)

Photo-grimaces ! (Cliquez dessus pour agrandir)

Suis revenu de mon intervention à la MFR49 de Castelfréo à Noyant.

Même si j’avais un petit trac, il s’est rapidement envolé au bout de 3 minutes et j’étais super content de retrouver cette ambiance, cet échange avec des élèves.

Ici, ce sont des 3e.
En fait, pendant près de 1h45 environ, on a discuté, j’ai parlé – parfois beaucoup, j’espère que je n’ai pas ennuyé tout le monde – on a ri, on s’est posé des questions, on a découvert le métier d’auteur, l’univers du livre et puis on a fait quelques selfies… quand même avec deux ou trois séances d’autographe. Ben ouais quand même !

Je remercie monsieur Géli de m’avoir fait venir une nouvelle fois à la MFR et surtout les élèves qui ont été excellents ! (J’attends vos compte-rendus, hein, et si vous voulez m’écrire, eh bien, n’hésitez pas, je vous répondrai ! eheheh).

Si vous aussi, vous souhaitez me voir, cliquez par ici.

Intervention : bientôt la MFR de Noyant (2015)

logo-mfr-couleur

Et c’est reparti !

Pour la 3e année consécutive si je compte bien (un grand merci pour la confiance d’ores et déjà), me revoici dans le 49, à Noyant plus exactement pour faire une intervention de 2 heures dans la MFR de Castelfréo.

De retour donc auprès d’une classe de jeunes de 15/16 ans si je ne me trompe pas qui ont déjà un pied dans le monde du travail et pour qui le livre est peut-être un monde à part.
Comment ça va se passer ? Vont-ils adhérer ? Serai-je à la hauteur ?
Let’s see mais je vous avoue que, comme d’hab’, j’ai le trac.
Je vous tiens au courant à mon retour.

Pour les profs qui souhaiteraient me faire venir dans leur collège/lycée, voici un lien pour y voir plus claire. Je reste dispo pour tout contact.

Bientôt la Journée des Ecrivains à Jard-sur-Mer 2015

Qui vient me voir à la Journée des Ecrivains à Jard-sur-Mer (Vendée) le vendredi 1er mai ?

Ben oui, c’est la Fête du Travail et moi je travaille d’abord !! :D

S’il ne pleut pas, ça se passera sur le port de plaisance et s’il pleut (ce qui semble très très probable d’après la météo), ce sera à la Salle des Ormeaux.

Alors qui vient ?

Sondage : êtes-vous atteint de paréidolie ?

Mais kesako la paréi-truc-machin-chose ?

Une paréidolie (aussi écrit pareidolie, du grec ancien para-, « à côté de », et eidôlon, diminutif d’eidos, « apparence, forme ») est une sorte d’illusion d’optique qui consiste à associer un stimulus visuel informe et ambigu à un élément clair et identifiable, souvent une forme humaine ou animale. C’est cette étonnante capacité du cerveau humain à « donner du sens » là où il n’y en a pas réellement.
Plus généralement, la pariedolie permet d’identifier toute perception comme construction. Les exemples dans la vie courante sont nombreuses à l’instar des formes familières dans les nuages et dans diverses taches et objets.

Pour ma part, je l’avoue et très très souvent : dans les rainures de mon carrelage, dans les gouttes qui glissent le long de ma douche ou sur une fenêtre, dans les nuages, les cailloux, le sable… d’autres diront tout simplement dans ma tête !
Est-ce parce que je suis auteur ? Je ne crois pas. On m’a toujours dit que j’étais un rêveur, depuis tout petit, le genre de contemplatif vous voyez mais je pense que nous sommes nombreux, n’est-ce pas ? ^^

Allez dites-le moi dans ce petit sondage de derrière les fagots.