Articles Tagués ‘livres’

la-grande-bibliotheque_1479504-XLQuel lecteur êtes-vous ? Quel est votre rapport aux livres, qu’ils soient en papier ou numériques par ailleurs ?

Connaissez-vous le syndrome tsundoku ? Littéralement, cela signifierait "avoir les yeux plus gros que la bibliothèque" en japonais.
Il désigne le fait d’acheter des livres en si grand nombre qu’on ne les lit pas forcément, et qu’ils finissent par s’empiler aux quatre coins de la bibliothèque. Vous savez, la fameuse PAL (Pile A Lire).

Un nouveau petit sondage.

 

tumblr_mhg688Xtrg1qfgyg5o1_500

Depuis quelques temps, j’ai l’impression que ce blog ressemble plus à ces fichus bouquins dont je ne peux plus voir la couverture et le titre en peinture, vous savez ces bouquins qui prennent de plus en plus de places dans les étals de la FNAC ou autre…, le fameux rayon "développement personnel".

Je ne dis pas que cela n’est pas utile, je suis certain qu’il y a "à manger et à boire" comme on dit par chez moi, mais bon, ce n’est pas forcément le propos de ce blog ou de mes livres.

Toujours est-il que voilà, je suis dans cette optique depuis début 2013, faut que ça pète !  Faut avancer ! S’entourer de gens positifs ! Bosser ! Bosser !

Et comme l’illustration l’indique (pour les non anglophones) : les bonnes choses arrivent à ceux qui se bougent le cul pour bosser et à ceux qui n’abandonnent pas.

Voilà, c’est dit.

Quitte à aller dans le mur, j’y vais en toute connaissance, motivé, prêt à m’emplâtrer la tronche ou à me crasher.

Ce livre, comme les autres par ailleurs, ceux à venir, je veux les faire connaître, je veux être pris au sérieux, je veux qu’on me lise et pour ça, cela passe par un long et méthodique travail, une longue et patiente attente. Une sorte d’initiation pour voir quand tu vas fléchir des genoux. Pour voir si tu vas fléchir tout court.

Alors, en attendant que le projet ALTER EGO et MyMajorCompany se débloque, faut se motiver, avancer, écrire, trouver de nouvelles pistes, une nouvelle façon de suivre son chemin.

Et, accessoirement, si tu es éditeur, auteur, chanteur, scénariste, acteur, producteur, sache que mon écriture se fait plurielle et que j’ai déjà mon actif quelques textes de chansons, un script de court-métrage, des livres que je souhaite faire connaître de par la France, que j’ai une gniak de folaï et… bref, si tu veux bosser avec moi, fais-moi un signe !

©GREYPUDDING

©GREYPUDDING

Dernier trimestre 2012. Qu’en est-il déjà ? Un bilan…

Je poursuis ma course aux sondages et j’espère vous voir nombreux à y répondre encore.

Celui-ci, c’est pour savoir ce qu’il en est de vos lectures de mes bouquins : combien de livres de Neil Thomas avez-vous lu jusqu’ici, à ce moment T ? Plusieurs réponses sont possibles bien entendu.

Comme je l’ai indiqué hier sur ma page FB/ Twitter, j’ai retrouvé une partie de moi-même, l’Horcruxe livresque, car j’ai monté mes bibliothèques et surtout j’ai retrouvé mes bouquins (enfin les 3/4 car une partie a pris l’eau et a fait germer des champignons – un peu deg’, non? – suite à un dégât des eaux dans mon nouveau garage qui date de plus de 50 ans au minimum… bref !).

Il y avait ce drôle de sentiment à la fois d’excitation de retrouver ces livres qui représentent plus une partie de moi, un moment de ma vie, une pierre  à poser sur mon chemin intellectuel et humain et de nostalgie (ah si j’avais plus de temps, j’en ai encore un tas d’autres à lire ! Et puis j’aimerais bien relire celui-ci, ou celui-là !). Je me suis rendu compte après plus de 6 mois sans mes petits protégés de papier que j’y tenais, que cela faisait partie de moi, que j’étais que je le veuille ou pas un mec un peu intellectuel, qui aimait mettre son nez dans les bouquins, les renifler, les lire, les décrypter. Que le livre était une extension de moi-même en quelque sorte.

Le deuxième mini-choc est sûrement un léger déclic qui m’a fait dire : "ça y est, c’est autorisé, tu peux te remettre à écrire franchement, tu as tous tes supports et ça vaut bien plus que tout ce monde virtuel où tout se dit et rien n’est dit ! ".  Tour de Babel moderne, va !

Et puis vint le moment de ranger les bouquins, d’ouvrir les cartons ( à vue de nez, je dirais bien entre 20 et 30 en tout et pour tout… et encore y’a beaucoup de poches !), parfois abîmés… comment faire ? Comment les ranger, les trier ?

Paraît que la façon dont on ranger (ou pas) nos bouquins en dit long sur notre comportement de lecteur

Alors voici un sondage pour savoir comment vous rangez vos livres dans vos bibliothèques ! Plusieurs choix sont possibles, of course ! N’hésitez à répondre au sondage et à le proposer à vos amis/collègues…

Et voici ma bibliothèque rangée, je l’avoue, par ordre alphabétique des auteurs pour ma part… et un peu par genre (pour celle de droite qui est exclusivement réservé à la BD, manga, etc.)

 

Eh oui, il est bien temps de s’en inquiéter… La fameuse liste de Noël… que demander auprès de Papa Noël ?

Pour ma part, je remarque que plus les années avancent et moins je fais de liste, j’ai l’impression de moins avoir besoin de choses. Maintenant, on se retourne davantage sur des questions comme le bonheur d’autrui (et le sien en même temps), la paix ou l’harmonie dans sa famille et parmi ses amis (en revoir quelques uns que l’on a perdu de vue), avoir un peu la santé quand même (là, de suite, je pense à mon dos et mon fichu rhube qui n’a pas intérêt à gâcher mon Noël !). Je pense aussi à des trucs pratiques, fonctionnels comme avoir une maison saine, nickel, avec de l’eau, du chauffage, avoir un toit, à soi, chez soi, pour soi.

C’est sûr qu’étant un auteur, je peux toujours demander des livres et j’en ai une sacré liste que je note sur mes petits carnets mais aussi du chocolat pour assurer un niveau d’énergie suffisant pour pouvoir mieux écrire et être au mieux de ma forme ; il y a aussi des jeux de Wii pour me maintenir justement en forme, il y a, il y a…

Ouep, pendant toute l’année, j’ai des idées, des tonnes d’idées mais arrivé à la période de Noël, c’est le blanc, je ne trouve plus ce que je cherche.

Tiens, j’ai 2 questions :

. Qu’avez-vous demandé au Père Noël ?

. Si c’était moi le Père Noël, que demanderiez-vous ? Serait-ce si différent ?