C’est par où le paradis ?

tumblr_mlmdkfk8L41rxxu2ro1_500

Cette magnifique photo me donne des envies de partir, de m’évader, de conquérir le soleil qui se fait rare et cette chaleur que j’attends toujours.
J’ai besoin de voir autre chose.

L’écriture, quelle qu’elle soit, quelle que soit sa forme, est une ogresse, une maîtresse qui me pique tout mon temps et mon énergie. Arggghhhhh !
Alors, à votre avis, il est où le paradis ?

PS1 : pour ceux qui sont en Touraine ce WE (25 et 26 mai), du côté de Tours et même de St-Cyr-sur-Loire, je serai présent tout le WE au Chapiteau du Livre.

PS2 : tous avec moi pour fêter l’anniversaire de Dam (Gus) qui a fait les couv’ de L’enfant du Soleil, MAHEL et Les estranges aventures de Léonard de Plancy.
PS3 : encore 5 jours pour profiter de l’offre des éd. Les Alchimistes du Verbe et recevoir 1 exemplaire dédicacé de MAHEL !

PS4 : J-89 pour le projet ALTER EGO sur MMC ! (26% de financés)

Vidéo : parution roman poche « MAHEL »

couv officielle mahel pour FB et blog

 

Bon, oki, voilà… j’ai crié fort hier, j’étais un peu sous pression, les nerfs retombaient et… bref, aujourd’hui est un autre jour et un bon jour puisque la parution de MAHEL en format poche est officielle !

Tant que j’y pense, un immense merci à Dam dit GUS pour la 1ère de couverture !

Le livre est dès présent disponible, notamment sur le site des éd. Les Alchimistes du Verbe et leur formulaire de commande : je rappelle que du 10 au 28 mai inclus, pour tout achat dudit roman, une dédicace rédigée par votre serviteur sera offerte. Il suffit juste d’inscrire le nom de la personne souhaitée en bas du formulaire de commande…
C’est pas beautiful ça ?

Pour les autres liens (Amazon, Fnac, Paypal, etc.), les liens vont s’activer très prochainement.

Et puis bon, je voulais vous faire part de cette bonne nouvelle d’une autre manière alors je vous ai concocté une mini-vidéo, pour celles et ceux qui voudraient me voir et m’entendre…. une vidéo « home made » où une certaine émotion semble s’emparer de moi…

Couverture du roman « MAHEL » en poche

couv officielle mahel pour FB et blog

La voici ! La magnifique, l’incroyable 1ère de couverture du roman MAHEL » !
En effet, mon 1er roman renaît de ses cendres et paraîtra très bientôt en format poche. Pour le coup, la couverture a été modifiée et retravaillée avec succès, remise aux goûts du jour.
J’aime ce regard hypnotique qu’il y avait déjà sur la couverture du grand format, j’aime ce côté mystérieux, j’aime cette couleur, ce dégradé, cette texture.

Et vous, qu’en pensez-vous alors ?

Ça vous tente ? peut-être l’avez-vous déjà mais cela vous donne-t-il envie ?

Revoici le résumé de la 4e de couverture pour rafraîchir les mémoires :

« Comment vivre lorsque l’on se sent différent ?

Découvrez l’expérience à la fois mystique et humaine que va vivre Thomas Lagorio entre l’âge de 8 et 20 ans à la quête de son propre don dans ce 1er tome d’une trilogie intitulée « Des Mots et Des Hommes ».

Ce roman, qui parle de rencontres, de passions, de choix, invite chacun à considérer la « fragile et sauvage beauté » d’un monde invisible où l’on est créateur de sa vie. »

Dites-moi tout, donnez-moi votre opinion, vos avis !

Et répondez tous au sondage, faites-le tourner s’il le faut !

Pour les petits curieux, c’est Dam – qu’on appelle aussi Gus – (qui avait déjà oeuvré pour L’enfant du Soleil et Les estranges aventures de Léonard de Plancy) le graphiste qui a réalisé c’te petit bijou ! Pour ceux qui veulent le connaître encore plus, sachez qu’il fait partie d’un collectif appelé PAD SOUÇ CREW ( voici leur page FB sinon)

Post Printemps du Livre 2011 de Montaigu

©ccc

 

Me revoici revenu du Printemps du Livre de Montaigu où j’étais en salon toute la sainte (et affreusement chaude) journée du samedi. J’y étais avec l’ami Dam.

J’étais installé face à quelques people, les écrivains-phares des éditions Héloïse d’Ormesson, à savoir Isabelle Alonso et Harold Cobert notamment.

J’y ay ai croisé aussi Tatiana de Rosnay avec qui je twitte toute l’année et qui a eu la gentillesse de venir à mon stand pour me saluer et me faire la bise. C’était impossible d’aller vers son stand tellement il y avait du monde qui faisait la queue pour obtenir une dédicace de l’auteur de Elle s’appelait Sarah. Quelle gentillesse et quelle disponibilité quand même alors qu’elle était la « vedette » et la présidente de ce méga salon du livre.

Comme je le disais hier soir sur FB, je me suis encore rendu compte que je n’aimais pas les gens (et les écrivains de surcroît) qui ne doutent pas, qui sont sûrs d’eux : je pourrais en parler quelques temps – et je le ferai assurément bientôt mais sil sont à l’image de ce qu’il créent, de ce qu’ils inventent, si toutefois ils inventent quelque chose…

J’y ai retrouvé également des auteurs que je croise çà et là (Gordon Zola, Christophe Prat, Marcel Grelet, Bruno Bertin pour la BD, etc.), des libraires, des lecteurs (des lectrices en fait, comme Sabine, Sylvie, Séverine) bref une ambiance très agréable ! Mais il a fait ultra chaud, au moins 35° et avec les visiteurs en plus, je ne vous dis pas l’ambiance. Les organisateurs ont même été obligés de sortir de grandes tables hors du chapiteau sous lequel nous étions pour que certains auteurs au soleil puissent travailler.

J’ai tout de même remarqué qu’il y avait moins de monde que l’an passé, peut-être à cause de ce temps magnifique, peut-être à cause du contexte actuel, allez savoir !

En tout cas, c’est le genre de journée qui vous flingue bien les jambes et les neurones, complètement nase au terme de cette journée marathon mais dont vous ressortez heureux.

Ouep d’abord, ça m’a fait du bien.

NB : Pour ceux qui veulent me suivre, le prochain salon est prévu début mai en Bretagne, à Vitré (35) près de Rennes. (Mon agenda se situe par )

 

-M-, tout simplement

Il fallait que je vous en parle. Juste quelque smots.

Hier soir, j’étais donc au concert de -M- au Zénith de Nantes où j’avais retrouvé l’ami Dam.

Mais commençons depuis le début : arrivée avec près de 1h30 avant l’heure annoncée et les différentes queues pour entrer dans l’enceinte s’allongeaient déjà… Une grosse majorité de filles, en moyenne entre 20 et 35 ans. Des rumeurs circulaient sur la 1ère partie car le groupe annoncé, The Goastt (ici avec le dernier morceau de leur set), paraissait inconnu au bataillon et on ne savait pas qui allait chanter en tête…

Avec Dam on se met dans la fosse au milieu de pas mal d’étudiants et BAM ! le concert débute au son d’une bonne guitare : The Goastt annonce la couleur un peu barrée de leur set, 2 hommes et 2 femmes dont la fameuse Charlotte Kemp Mulh (avec qui le chanteur est en couple pour la petite histoire) et son histoire de carotte bleue qui inspira une de leur chanson. Le chanteur entonne les premières paroles et là, on se regarde avec Dam et on se dit que oui, cela ne peut être lui…. En effet, en regardant bien le bas de son visage et en reconnaisant sa voix, nous savons que nous avons devant nous Sean Lennon, fils de l’illustre John Lennon et Yoko Ono.

3/4 d’heure après, d’autres guitares vrombissent, la rumeur dans la foule se transforme doucmeent en euphorie pour exploser en délire dès l’arrivée thétrâle et Magistrale de Mathieu Chedid. Coiffé d’une de ses perruques dont il a le secret, habillé tout de blanc et de noir, lunettes sur le nez, il arrive. J’en reviens à peine, il est là, devant moi, à quelques mètres. Impossible d’être déçu, ce mec sait jouer de la guitare et pour un amateur comme moi, c’est un délice. Mais mieux que cela, je découvre le showman et sa générosité : il se met à courir dans tous les sens, traverse le Zénith et va à la rencontre du public. Il nous demande plus, toujours plus, il nous encourage à vivre sans regret et à donner le maximum de nous-mêmes dans toutes les occasions, ce soir notamment. Comment ne pas être insensble à cet appel ? Surtout moi….

Il y eu notamment de magnifique smoments, je pense à l’hommage rendu par -M- à Alain Bashung avec le titre Madame rêve et une autre chanson chantée à trois voix (Mathieu, sa soeur Anna qui a une voix jazzy extraordinaire et Joseph, complètement déjanté) pour leur grand-mère, Andrée Chedid.

Je pourrais parler et en parler encore de ce concert : ce qui en ressort, c’est que j’ai assisté à un vrai show, à un véritable spectacle calibré au centimètre près, avec un sérieux et un boulot énormes ! En rentrant chez moi, dans ma petite voiture, j’y pensais et regardais ce que cela provoquait en moi : je veux connaître cela. Non pas que je veuille être chanteur (je chante faux comme pas possible) mais connaître ce niveau intense d’émotions avec les gens, cette harmonie qu’il a partagé avec nous. Ca se voit, ce mec est un accro à la scène, il vit sa musique, il en transpire et tout est minutieusement orchestré. L’histoire d’un instant, cela m’a donné l’envie de me remettre à la musique, à mes premières amours (guitare et violon) mais surtout, cela m’a galvanisé pour écrire et proposer quelque chose de nickel et propre, de sérieux et bien ficelé à mes lecteurs (roman, poésie, scénari et textes de chansons… à bon entendeur). Le parallèle peut être risqué mais j’ai reçu son énergie et je conçois l’écriture comme lui sa musique. Neil, écrivain rock’n’ roll ? A voir…Mais mon envie du dernier article demeure inchangée, je veux changer de niveau, j’en veux davantage.

Merci Monsieur -M- pour ce Magnifique et Merveilleux Moment !

Post Relecq 2010 et résumé Intervention en lycée

Pourquoi ces points d’interrogation, me demanderez-vous ?

C’est avant tout une réponse à mon salon du livre au Relecq-Kerhuon, près de Brest où j’ai passé tout le WE ! Même si j’ai passé un excellent moment avec l’ami Dam et même si mon dernier roman Les estranges aventures de Léonard de Plancy a connu un léger succès par rapport à mes anciens bouquins, même si j’ai pu rencontrer et déconner avec les auteurs de BD comme Bruno Bertin, Kris, Dav, même si l’accueil des bénévoles de Lennvor a été génial, il me reste comme un goût étrange au fond de la bouche, un goût doucement amer.

Que sont venus faire les visiteurs (surtout le dimanche !!) à ce salon du livre ? A part se promener les mains dans les poches, à part parler de la météo (il neigeait à Brest et presque sur toute la côte ouest atlantique – d’ailleurs, j’ai dû rouler à 60km/h pendant un sacré bout de temps pour rentrer chez moi), à part me dire « ah mais vous n’écrivez pas sur la Bretagne ? »…

J’avoue, je suis resté sur ma faim…

L’autre comentaire de cet article, c’est bien entendu mon intervention auprès des 3 classes de Seconde du lycée de La Perverie à Nantes vendredi dernier.

J’étais un peu beaucoup stressé, je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que c’était ma première fois avec des Secondes ! Pas toujours évident de se mettre devant tous ces yeux qui vous regardent que vous, on se demande à quoi ils (et elles) peuvent penser, ils vous dévisagent des pieds à la tête pour voir comment vous êtes sapé ; il y en avait qui s’en moquaient totalement de moi (au moins, ça leur faisait sauter un cours de français) et d’autres au contraire qui étaient super concernés voire même intéressés. J’ai aimé le jeu des questions-réponse, répondre du tac au tac, j’aime ce jeu de ping-pong. C’est spontané et c’est là que je suis moi-même, avec mes blagues pourries parfois, avec mon naturel. A ce moment-là, je suis au plus proche avec eux et, comme on dirait dans la pub Bonduelle pour la mâche (je ne m’en lasse plus depuis quelques jours), « c’est bon ça ! » (dédicace à Adeline et benoît aussi !).

Je tiens ici aussi et encore une fois à remercier leurs deux profs de français dont Sandrine qui a eu la gentillesse de penser à moi pour cette intervention pour parler du boulot d’écrivain et surtout aux lycéens de ces 3 Secondes (merci à vous pour vos messages sur le blog et d’être venus sur Facebook !)

Robert Allen Zimmerman

Je vois que mes deux derniers articles, l’un sur la transe de l’écriture et l’autre sur l’élection de mon recueil de poésie Visages éphémères sur le site de Lechoixdeslibraires.com a su vous séduire vu le nombre de visites… merci de ce soutien, c’est cooooool !

Je continue sur cette lancée – même si elle sera interrompue pendant une huitaine de jours – et poursuis l’écriture de mon roman diabolique : je m’amuse, je prends un vrai plaisir à faire vivre ces aventures à mon Léonard de Plancy. L’humour est distillé par quelques touches succintes çà et là dans le livre, loin de l’idée originale du début. L’ingrédient fantastique, le doute, la suggestion intègrent davantage mon écriture et ce récit. J’espère vivement que ce thème n’a pas été beaucoup traité de cette façon-là, mon diable n’est pas l’archétype que tout le monde connaît, c’est plutôt sous l’apparence de monsieur-tout-le-monde qui arrive dans l’histoire… Enfin, bref, je suis supoer enthousiaste et j’espère que les lecteurs le seront aussi à sa sortie dès le 31 octobre.

A ce propos, je cherche un café (gothique ou pas d’ailleurs), un bar, un lieu quelconque pour organiser une petite soirée pour la sortie du livre, à Nantes ET à Paris… des suggestions à me faire ? Ce serait l’occasion de se retrouver, de se voir en vrai, de paratger et de rire diaboliquement ensemble ! Nous pourrions faire le cri de ralliement thomasien : « YEP YEP YEP ! »

Je reste à l’écoute de vos idées….

Sinon, eh bien, ce soir, je vais aller voir Monsieur Bob Dylan en concert au Zénith de Nantes avec l’ami Dam alors pensez à moi aux alentours de 20h30 car je serai avec une légende du Rock !!!